Le ventre arraché
Titre : Le Ventre Arraché
Auteur : Aurélie Monkam Noubissi
Editions : Bayard
Collection : Société
Date de Parution : 27/03/2014
Code EAN/ISBN : 9782227487345
Pages : 192
Format : 145 x 190 mm
Prix public : 16€

Acheter le livre : Amazon
Contacter l'auteur :
Partager sur :
Contacter le Collectif Marche Blanche :




(c) Emmanuel Foudrot (Reuters)
(c) Christophe Agostinis (Le Dauphiné)

Notre rencontre avec les élèves du Collège St Charles et ceux du Collège Public du Vizac, département du Finistère, suite à l’invitation par l’association Rico Lamour ; rencontre qui a eu lieu le jeudi 26 février 2015 et qui a concerné environ 300 élèves

Présentation de l’association Rico Lamour qui a vu le jour en 2010 à la suite de l’assassinat gratuit d’Eric Lamour 17 ans, enfant de Guipavas, tué en juin 2010; cette association promeut toutes sortes de messages et d’actions en faveur de la non–violence.
Rapide rappel des évènements qui ont conduit au meurtre de Kévin et Sofiane en septembre 2012.
Passage d’un petit film relatant la marche blanche (15.000personnes), la naissance du collectif Marche Blanche, la conférence débat à l’auditorium du musée de Grenoble le 17/06/2014 (Comprendre et agir sur la violence)avec en invité surprise le chanteur Calogéro à l’occasion de la sortie du clip vidéo de « Un jour au mauvais endroit », la journée de commémoration du 2éme anniversaire de la marche blanche du 2/10/2014(Atelier d’écriture géant avec la participation de plus de 6000 personnes « Si on sème dans nos vies », course relai pour la non-violence relayée dans 8 villes de l’Agglomération, soirée témoignage avec récits danses et chants pour dire « plus jamais ça » !


Les élèves se sont montrés très intéressés et ont posé de nombreuses questions :

  • Comment avez-vous appris les faits ?
  • Qu’avez-vous fait le lendemain du drame ? Comment s’est poursuivie votre vie habituelle ?
  • Avez-vous déjà rencontré les agresseurs ? Combien sont-ils ? Regrettent-ils leurs actes ?
  • A quelle heure de la journée s’est passé le drame ?
  • Qu’attendez- vous du procès et pour vous quelle condamnation vous conviendrait ?
  • Comment réagirez-vous devant les agresseurs pendant le procès ?
  • Est –ce que vous en voulez aux agresseurs ?
  • Pourquoi venez- vous nous en parler et cela vous fait –il du bien ?
  • La chanson de Calogéro vous aide-t-elle à faire le deuil ?


Voici les messages forts que Nabil et moi leur avons laissés
-La vie est un cadeau est nul n’a le droit de la ravir à un autre et chacun a le devoir prendre soin de sa vie : toute vie est précieuse.
-Il n’y a pas de petites querelles, et comme on l’a vu « un mauvais regard »peut conduire à la mort. Si on est témoin ou victime d’un acte de violence physique (frappe, coups, blessure) ou de violence verbale (insulte, moquerie, mépris) ou de harcèlement, il ne faut pas rester silencieux et il faut le dire à un adulte ; bien sûr on risque d’être qualifié de « balance » mais c’est la meilleure attitude. C’est une attitude responsable. A nous adultes de protéger contre d’éventuelles représailles et d’offrir aux jeunes des lieux de médiation à l’intérieur des établissements. La loi du silence doit être brisée.
-Les élèves ont dit très souvent « c’est triste, c’est horrible, ça fait mal de voir de voir ces 2 jeunes morts pour rien » ; oui la mort c’est triste, mais c’est inéluctable et un jeune qui meurt sous les coups d’un autre jeune c’est intolérable et c’est une mort de trop ! Ce slogan « plus jamais ça ! » est particulièrement vrai ! L’actualité nous rapporte encore trop souvent des évènements tragiques ; en 2010 les moins de 18 ans étaient à l’origine de un ¼ des crimes et délits commis en France. La prévention se fait dès le berceau en donnant aux parents les compétences nécessaires pour éduquer, en donnant à chaque enfant la possibilité de se construire une estime de lui suffisamment contenante pour résister à la tentation de la convoitise par la violence et éviter de tomber dans toutes sortes de conduites négatives.
-L’homme est peut-être un loup pour l’homme, mais il y a nécessité d’instaurer une culture de la paix si l’on ne veut pas être englouti par la part sombre de notre humanité dans laquelle chemine des ombres et des lumières. Ces jeunes agresseurs ont dû évoluer dans des familles où la discipline, la notion de respect, le goût de l’effort, n’ont pas été suffisamment soulignés ; ¾ d’entre eux sont en rupture scolaire et sans occupation au moment des faits ; parmi les 15 jeunes mis en examen il y a 3 mineurs.
-Oui la perte d’un enfant est une douleur incommensurable ; le cheminement pour chaque parent concerné est différent, de même que pour les frères et sœurs ; il y a toujours de l’abattement, un sentiment de meurtrissure, des questionnements ; le délai pour se relever est variable ; en ce qui me concerne l’écriture m’a aidée, et coucher mes maux par des mots sur un papier m’a quelque peu apaisée. La chanson de Calogéro, comme mon livre « le ventre arraché « sont des outils pour le devoir de mémoire et sont là pour porter l’espérance à votre génération. Que l’on soit croyant ou non, on ressent le besoin de croire en la vie ; John Lennon dans sa chanson « Imagine « le dit si bien...et Martin Luther King dans son discours « I have a dream »…et tant d’autres …
Vous êtes les citoyens de demain, et nous avons le devoir de vous laisser en héritage (dans vos consciences, mais aussi en réalité) une terre habitable.


Aurélie Monkam Noubissi